Opera Tickets Italy




    Concerto pour violon / Symphonie nº 2, J. Brahms

    Concerto pour violon / Symphonie nº 2, J. Brahms

    Deux pièces de l’illustre compositeur Johannes Brahms, son Concerto pour violon en ré majeur, op. 77 et la Symphonie nº 2, sont exécutées lors d'une série de concerts au Teatro Filarmonico de Vérone. Ce théâtre est un lieu splendide pour accueillir des interprétations de musique des périodes classique et romantique. Parmi celles-ci se trouvent ces deux magnifiques exemples d’œuvres écrites vers la fin des années 1870, lorsque Brahms s’était déjà établi en tant qu’immense talent.

    Le Concerto pour violon de Brahms a été composé en 1878 dans la clé de majeur, ce qui reflète le désir du compositeur de produire une pièce se rapprochant du style romantique de Beethoven plutôt que de la période classique antérieure. Orchestré pour flûtes, hautbois, clarinettes, bassons, cors, trompettes et une section de cordes, ce concerto s’ouvre sur un mouvement lyrique prenant la forme d’une sonate classique complète, une approche qui s’apparente également à celle de Beethoven. L’œuvre a été créée à Leipzig le jour de l’an 1879 avec Joseph Joachim jouant la partie pour violon. Ce bon ami de Brahms a écrit la cadence de la pièce, un passage conçu pour mettre en lumière la virtuosité du violoniste. Un grand nombre de violonistes qui interprètent le concerto aujourd’hui s’inspirent d’ailleurs encore de l’interprétation de Joachim pour exécuter cette partie.

    Écrite un an avant le concerto, la Symphonie nº 2 de Brahms a été interprétée pour la première fois le 30 décembre 1877 par l’Orchestre philharmonique de Vienne. Comme le concerto, elle s’ouvre sur un mouvement émouvant en majeur. Elle passe néanmoins au si majeur pour le deuxième mouvement, un adagio. La musique se poursuit dans la clé de sol majeur au troisième mouvement de la symphonie, tandis qu’elle retourne au majeur pour le mouvement final, une sonate que Brahms a recommandé de jouer con spirito. Remplie de changements de rythmes et d’instabilité tonale, cette pièce complexe révèle quelque chose de plus sombre dans la psyché du compositeur, offrant souvent aux auditeurs une expérience musicale satisfaisante quelque peu plus profonde que d’autres de ses œuvres. À la fin de son dernier mouvement, la Symphonie nº 2 procure une sensation jubilatoire, presque triomphale, renforcée par l’utilisation merveilleuse des cuivres par Brahms pour créer une conclusion réellement gratifiante.

    Proposant une paire d’œuvres à la grande réputation écrites par l’un des compositeurs du XIXe siècle les plus éminents du monde, ces concerts ne manqueront pas d’être très populaires auprès des mélomanes en général et des admirateurs de Brahms en particulier. Accueillie dans un lieu aussi grandiose dans l’une des villes romantiques les plus connues de la planète, chacune de ces représentations constituera, pour le public, une occasion spectaculaire de se familiariser, ou de se familiariser à nouveau, avec deux remarquables morceaux de musique.




    image Teatro Filarmonico Verona / Per gentile concessione Fondazione Arena di Verona / Foto Gilles Alonso