Opera Tickets Italy




    Carmen, Opéra de Georges Bizet

    Carmen, Opéra de Georges Bizet

    Quand la première de Carmen, nouvel opéra de Georges Bizet, a eu lieu à l’Opéra-Comique de Paris le 3 mars 1875, elle a provoqué un véritable scandale. À cette époque où les opéras traitaient principalement de relations romantiques raffinées, d’intrigues et de jeux de pouvoir de la classe sociale supérieure aisée, l’œuvre du compositeur français a mis en avant les bas-fonds sordides de la société : les pauvres, les vagabonds, les voleurs, les comploteurs et les adultères. Le thème et les représentations graphiques d’actes sensuels et violents sur scène ont fait sursauter les premiers spectateurs de Carmen, qui ont quitté la salle sous le choc. Hélas, Bizet meurt après une trentaine de spectacles et n’assistera pas au triomphe de son œuvre. Aujourd’hui, Carmen se classe parmi les trésors artistiques de l’opéra. Le Teatro Aurora de Firenze-Scandicci offre à cette œuvre classique une reprise bien méritée.

     Carmen tire son intrigue d’une nouvelle de Prospère Mérimée, qui a servi de base au livret d’Henri Meilhac et de Ludovic Halévy. L’histoire se concentre sur le personnage du titre, Carmen, une bohémienne à la beauté éblouissante qui use de ses charmes pour croquer la vie à pleines dents et vivre dans le moment présent. Le jeune soldat José tombe amoureux d’elle, ce qui le pousse à négliger son devoir et à rejeter sa fiancée Micaëla. Entretemps, Carmen passe rapidement à autre chose et entame une liaison avec le toréador Escamillo. Toujours épris de l’envoûtante bohémienne, José s’apprête à faire quelque chose d’irréversible.

    Les nombreux écarts de Bizet par rapport à la convention lyrique ont rendu Carmen notoire du temps de sa première, mais ont aussi garanti qu’elle reste un joyau intemporel du répertoire. Par-dessus tout, la musique est d’une beauté rare. La partition de Bizet est en effet une démonstration magistrale de la composition, de l’harmonie et de l’expression émotionnelle. Les mélodies et les phrasés distincts se mêlent en douceur aux émotions des personnages, tandis que les motifs folkloriques espagnols et tziganes créent une atmosphère immersive et authentique. Un certain nombre de solos tirés de Carmen, comme la Habanera, la Seguidilla ou la Chanson du toréador, sont devenus des classiques à eux seuls. Toutefois, rien n’est comparable à l’expérience de voir l’opéra du début à la fin et de vivre ce voyage musical unique. Le Teatro Aurora de Florence-Scandicci rend un hommage réjouissant à Georges Bizet et à son œuvre maîtresse.